image

L’agrile du frêne en milieu agricole, que faut-il savoir ?

 

L’agrile du frêne est un insecte ravageur provenant d’Asie qui a fait son apparition en Amérique du Nord en 2002. Observé au Québec pour la première fois en 2008, et plus précisément en Montérégie, l’agrile du frêne continue tranquillement sa dispersion dans la province. Ce n’est que tout récemment, en 2017, que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et la Ville de Québec confirme la présence de l’agrile du frêne sur le territoire de la ville de Québec. Bien que non dangereux pour la population humaine, cet insecte est néfaste pour l’environnement car il peut détruire des populations entières de frênes en quelques années. Naturellement présent en bordure de cours d’eau et dans les boisés, le frêne se retrouve également en grande quantité dans les haies brise-vent et les bandes riveraines à cause de son utilisation passée pour les aménagements agroforestiers.

La disparition prévisible de nombreux frênes dans les prochaines décennies entraînera une perte de biodiversité importante à l’échelle de l’aire de distribution des frênes. En milieu agricole, en cas de mortalité massive des frênes situés en bandes riveraines, une augmentation du risque d’embâcles et de l’érosion des berges est à prévoir, entraînant une diminution de la qualité de l’eau. Des pertes sont également à prévoir dans l’efficacité des haies brise-vent telles une diminution de l’ombrage pour le pâturage, une baisse du rendement des cultures ou encore une augmentation de la dérive des pesticides lors des arrosages.

Il est donc important d’agir afin de freiner son expansion et retarder ses impacts.

 

Comment reconnaître un frêne infesté par l’agrile ?

 

  • Jaunissement prématuré du feuillage
  • Mortalité des branches
  • Éclaircissement de la cime
  • Présence de gourmands sur le tronc
  • Activités de pics
  • Fendillement, fissures et décollement de l’écorce
  • Galerie larvaires en forme de «S» juste sous l’écorce
  • Trou de sortie en forme de «D»

 

Que faire faut-il faire ?

 

La cime est en parfaite santé :

 

  • Identifier la présence de frêne dans sa propriété ;
  • Surveiller les frênes si il y a ;
  • Planter une autre essence à côté par prévention.

 

Dès que 10% de la cime montre des signes d’éclaircissement :

 

  • Informer la municipalité ;
  • J’ai la possibilité de faire traiter mon frêne au TreeAzin (ce produit interompt la progression de l’infestation) ;
  • En l’absence de traitement, idéalement, j’abats le plus tôt possible mon frêne ;
  • Je plante une autre essence.

 

 

 

 

Pour l’identification des frênes et pour obtenir plus d’informations consulter :

Agrile du frêne, que faut-il savoir et que faire ?

Capture

 

Autres informations pertinentes :

Vidéo explicative (CMQ, 2018)

Vidéo pour l’identification des frênes (Ville de Québec, 2018)

Informations pertinentes (Conseil Québécois des espèces exotiques envahissantes)

  • Accueil
  • Administration
  • Agrile du frêne
  • Assemblée des membres
  • Berce du Caucase
  • Cartothèque
  • Contact
  • Devenir membre
  • Études et rapports
  • Implication citoyenne
  • Le bassin versant
  • Les sentiers de la rivière de Cap Rouge
  • Mission et historique
  • Partenaires
  • Photos
  • Règlements généraux
  • Mot du président
  • Pas de catégorie